PRECARITE EXTREME= DESINTERET TOTAL

Publié le par cgtcarolo

La précarité la plus extrême:

Depuis plusieurs années, dans le secteur de l'animation plus de 200 personnes travaillent 2h par jour et vivent avec moins de 200 euros par mois. Ces agents ont pour mission d'accompagner les enfants de Charleville-Mézières pendant les différents temps périscolaires (centre de loisirs, garderie etc...).

Certains ont plus de 20 ans dans la collectivité et n'ont pas vu leur carrière " professionnelle" évoluer. Ces personnels sont laissés pour compte par les élus:

  • Aucune évolution de carrière puisqu'ils n'ont aucun espoir de titularisation. Certains d'entre eux ce sont vu obligés de démissionner afin de pouvoir prétendre à des aides sociales qui leur permettent de vivre plus décemment qu'en travaillant.
  • Aucune formation professionnelle alors qu'on leur demande d'avoir une approche pédagogique dans l'encadrement des enfants au quotidien.
  • Contrairement aux autres enfants des agents de la collectivité, les enfants de ces collègues ne peuvent pas bénéficier du cadeau de Noël de la ville de Charleville. En effet, la municipalité n'avait pas daigné prévoir un budget pour les enfants de ces agents les plus précaires. Exceptionnellement, la CGT a réussi, pour cette année, à obtenir que le Noël des enfants des agents de la collectiivté soit le même pour tous.

Incontestablement, ce personnel intéresse peu nos élus de gauche, et si depuis plusieurs mois la CGT mène un combat pour l'amélioration des conditions de traitement de ces agents, un gros travail reste à faire.

Tout dernièrement, le maire a pris l'engagement de titulariser 12 personnes sur les critères de l'ancienneté et de l'obtention du BAFA. Ces critères actés en CTP en octobre par les élus eux-mêmes viennent d'être bafoués sans aucune mesure.

Par ailleurs, alors que le maire s'était engagé à signer ce listing avant les fêtes de Noël (ce qui paraissait être un acte d'humanité) cette dernière a semble-t-il priorisé ses préparatifs de Noël. Il ne fait pas de doute que la dinde de Noël n'a pas eu le même goût pour tout le monde. Alors que la CGT réclame la diffusion de ce listing, les services de la DRH nous ont fait savoir qu'il avait été égaré. Encore une fois, il semblerait que nos élus fassent peu de cas de la précarité la plus extrême.

Pour la CGT

La secrétaire générale

Stéphanie Heller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article