animateur

Publié le par cgtcarolo

Charleville-Mézières le 26 mars 2012

 

 

 

 

 

Les plus gros menteurs de la collectivité ou la bande à Pinocchio

 

 

 

Animateurs :

 

Lors des négociations de janvier dernier, le premier adjoint s'était engagé sur deux points :

 

  • revoir l'attribution des heures des animateurs pour une mise en place en septembre prochain et titulariser 12 d'entre eux dans l'année 2012.

  • titulariser immédiatement quelques agents supplémentaires au titre de l'année 2011 après revérification des heures effectuées.

 

Rassemblement devant la mairie mardi à 11h20 pour les animateurs

 

Si pour le premier adjoint, une réunion se tiendra mi-avril, pour les 4 personnes répondant aux critères (après vérification), contrairement aux engagements pris par l'élu, aucun d'entre eux ne sera greffé à la liste initiale. Encore une fois, l'attitude du premier adjoint et de l'adjointe au personnel mandatés par le maire prouve que les agents qui vivent avec si peu d'argent (200 euros par mois) ne sont pas leur préoccupation.

De surcroît, le mensonge s'est amplifié comme mode de communication de nos élus avec les partenaires sociaux.

La précarité ne signifiant rien pour eux, le préavis de grève est donc maintenu.

 

Restauration scolaire :

 

Le préavis de grève est suspendu le temps que l'administration vérifie les heures de chaque agent, socle de nos revendications.

Cependant, compte tenu de l'attitude méprisante de nos élus et de la DRH à l'égard des agents, nous ne nous faisons aucune illusion.

 

Police municipale :

 

Alors que les locaux actuels ne sont toujours pas vendus, que des dépenses conséquentes ont été engagées pour réhabiliter les locaux de l'Hôtel de Ville devant accueillir la police municipale, la CGT s'interroge sur les intérêts cachés des élus quant à ce déménagement. Encore une fois, dans ce dossier le personnel et les partenaires sociaux n'ont pas été entendus, plus grave encore non concertés.

 

Centre technique municipal :

 

Lors d'un contact téléphonique avec l'élu en charge de ce dossier la CGT a pu constater que ce dernier n'avait pas connaissance des orientations politiques données par le maire quant à ce futur CTM : réalité ou intox ?

Pour la CGT il ne fait aucun doute que la communication entre le maire et ses adjoints est inexistante. Toutefois, la CGT veillera à ce que les agents ne soient pas les victimes de ces dysfonctionnements.

Si la polyvalence semble se profiler dans ce dossier la CGT veillera au respect des cadres d'emplois.

Enfin, nous constatons que dans certains services techniques des modifications s’opèrent déjà. Nous demandons donc que les procédures soient respectées et que les dossiers passent en CTP.

 

Conclusion :

 

Nous déplorons que les militants CGT fassent l'objet depuis plusieurs mois de pressions visant à déstabiliser notre organisation syndicale. Ces pressions prennent différentes formes selon les fonctions exercées par les uns et les autres. Il semblerait que la nouvelle organisation syndicale dérange le maire.

 

A l'heure où les discours politiques sont orientés principalement en direction des plus précaires et de leurs conditions de vie au quotidien, nos élus de gauche de Charleville semblent faire de la résistance aux propos tenus par le leaders politiques nationaux alors qu'il leur serait tout à fait possible de transformer ces discours nationaux en actes concrets au niveau local sans recours aux mensonges et à la tromperie.

 

Mais visiblement il est des travers difficiles à corriger, et visiblement la machine à perdre est mise en route.

 

Augmentation du régime indemnitaire, neutralisation de la journée de carence pour maladie, précarité... rien n'est fait !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article